La crise sanitaire exceptionnelle provoquée par la pandémie a donné lieu à une somme d’injonctions contradictoires :

  • une hyper-sollicitation professionnelle alors même que les moyens d’actions étaient réduits ;
  • la nécessité de directives claires et pérennes alors même que chaque nouvelle annonce pouvait contredire la précédente ;
  • un appel à veiller sur nos proches alors que nous devions respecter l’obligation de confinement ;
  • la volonté d’aider nos étudiants alors que nous ne pouvions entrer en contact avec eux qu’à distance ;
  • un appel à réagir vite et, dans le même temps, un appel à attendre les consignes.

Face à cela, chacune et chacun a fait preuve d’une remarquable capacité d’adaptation, permettant à l’établissement, en moins de 15 jours, de mettre en place un fonctionnement permettant d’assurer la quasi-totalité de nos missions dans des conditions inimaginables jusqu’alors. Cela au prix d’une fatigue et d’un stress bien au-delà du raisonnable pour un grand nombre d’enseignants, enseignants-chercheurs, chercheurs, personnels administratifs et techniques.

Alors que cette crise se prolonge, nous pouvons d’ores et déjà constater le profond bouleversement de nos habitudes de travail, de loisir, de vie familiale … Bouleversement qui questionne la totalité de ce qui constituait l’organisation de notre quotidien.

Si la sortie de crise nous parait encore lointaine, il n’en demeure pas moins que nous devons dès à présent effectuer un bilan des actions entreprises au cours de cette période hors du commun ; d’en tirer des leçons avant d’envisager les transformations et adaptations qui devraient être engagées dans notre mode d’organisation, dans nos méthodes, outils, équipements pédagogiques, ainsi que dans l’organisation de notre temps de travail.

La réalisation d’un tel bilan, comme les préconisations/propositions qui en sortiront, seront réalisées à l’échelle de l’établissement. La participation de chacune et chacun à ce travail d’évaluation sans précédent sera dès lors essentielle. Nous élaborerons avec les collègues en responsabilité et les représentants des personnels la méthodologie permettant la participation de tous. S’il est trop tôt aujourd’hui pour inscrire dans le projet les actions qui pourraient en résulter, il est cependant primordial de se préparer à ce travail avant d’engager toute transformation pérenne de nos modes de fonctionnement.